FRANÇOIS PELEN – POINT VISION

François Pelen est Co-fondateur et Président du conseil d’administration du Groupe Point Vision. L’entreprise compte 23 centres ophtalmologiques en France et entend porter ce nombre à 50 au cours des cinq prochaines années.

 
PARCOURS
  Près de 6 Français sur 10 ont, à un moment ou à un autre, abandonné l’idée de voir un spécialiste oculaire du fait des temps d’attente très longs avant d’obtenir un rendez-vous – qui vont de 2,5 mois en moyenne jusqu’à 6 à 12 mois. En outre, les jeunes ophtalmologues qui se mettent à leur compte rencontrent des charges administratives lourdes et des frais élevés. Le Groupe Point Vision, un réseau de 23 centres médicaux à travers la France, permet de changer la donne. L’entreprise a mis en place un modèle d’organisation moderne, qui met à profit les compétences complémentaires de son personnel médical pour accroître l’efficacité des services et mieux répondre aux besoins des clients. Le résultat ? Une consultation à un prix abordable en moins d’une semaine !
Qu’est-ce qui vous a poussé à devenir entrepreneur ?
François Pelen : Au cours de presque onze années chez Pfizer, dont cinq en tant que Directeur de la business unit d’ophtalmologie, j’ai acquis une grande connaissance du secteur médical et de son évolution. J’ai commencé à me rendre compte du réel besoin de moderniser le secteur de l’ophtalmologie en France afin d’améliorer les consultations et les soins proposés aux patients. En 2011, je me suis lancé avec Patrice Pouts, mon collègue chez Pfizer, et Raphael Schnitzer, un jeune avocat, avec l’intention de créer le Groupe Point Vision – et ce fut la bonne décision !
En quoi peut-on dire que HEC a contribué à votre succès ?
FP : Alors que j’étais jeune manager doté d’un parcours médical, je me suis tourné vers HEC pour monter en compétences sur le plan de la gestion d’entreprise. Mon EMBA à HEC, que j’ai obtenu en 1991, fut une expérience très gratifiante qui m’a vraiment aidé à avoir une vision de la stratégie d’entreprise et du business development. L’évolution de ma carrière, de responsabilités plutôt techniques vers des postes commerciaux ou marketing, n’aurait pas été possible sans les fondements que j’ai acquis à HEC. C’est pour obtenir un soutien lors du lancement de ma start-up que je suis revenu à HEC en 2011, soit vingt ans après. Ma candidature au programme HEC Challenge+ a été couronnée de succès, ce qui m’a permis d’élaborer un solide business plan pour le Groupe Point Vision. Aussitôt après, j’ai intégré l’Incubateur HEC, où j’ai bénéficié d’une formation inestimable durant plusieurs mois. C’est dans le cadre de ce programme que j’ai rencontré mon futur investisseur, Marc Simoncini de Meetic. Ensemble, nous avons réussi à lancer le Groupe Point Vision en 2012. Grâce à une petite levée de fonds, nous avons financé nos proof of concept à Paris et à Lyon, qui ont démontré que notre idée pouvait marcher. Forts de ce premier succès, nous avons levé des fonds supplémentaires – 17 millions d’euros en trois ans – et, lentement mais sûrement, créé nos 23 centres ophtalmologiques.  
« Prenez bien votre temps pour réfléchir sérieusement à votre business plan. Assurez-vous d’avoir les ressources nécessaires pour le concrétiser. »
 
Quelle est la plus importante leçon que vous avez retirée de HEC Challenge+ ?
FP : Prenez bien votre temps pour réfléchir sérieusement à votre business plan. Assurez-vous d’avoir les ressources nécessaires pour le concrétiser. Pour convaincre des investisseurs, vous devez pouvoir mettre en œuvre votre stratégie telle que vous la présentez. C’est un facteur crucial pour établir la confiance.
Quel conseil donneriez-vous aux jeunes entrepreneurs ?
FP : Il y a une chose que vous devez savoir entre toutes : votre ressource la plus précieuse, c’est votre temps ! Si vous souhaitez réussir, vous devrez l’organiser de manière très efficace – et ce type d’aventure en demande beaucoup !
CHIFFRES CLÉS
  • + de 1,2 million de patients reçus par le Groupe Point Vision en 2017
  • 23 centres Groupe Point Vision en opération, objectif 50 centres à 2021
  • 17 millions d’euros de financement levés en trois ans (2011-2014)
  • 2,5 mois : temps d’attente moyen en France pour être reçu par un ophtalmologue
PreviousPierre Kosciusko-Morizet – PRICEMINISTER.COMNextJ. de Castries & N. Gallot – Afiniti